Une étape supplémentaire

Une étape supplémentaire franchie avec la porcelaine froide Fox : la marier avec d’autres composantes, dans l’idée d’arriver à un bijou plus raffiné, plus dynamique. Je trouve qu’ajouter du métal à la pâte, quel que soit le métal et quelle que soit la pâte, apporte un côté plus « bijou », plus « raffiné », et donne du dynamisme, contrebalance le côté un peu trop mou, trop doux de la pâte.

Donc, je suis allée faire un tour dans ma boutique préférée, le Do-it-yourself Migros, et je me suis laissée inspirer par ces jolis petits grillages anti-insectes en aluminium. J’ai aussi farfouillé dans les profondeurs profondément profondes de mon stock, et sorti quelques jolis apprêts en métal, ainsi qu’une petite perle en corail.

Voilà le résultat, un pendentif qui reste léger et agréable à porter. Il vous plaît ?

L’arrière est soigné et signé – je ne signe pas toujours mais je devrais !

Et le voilà porté :

Allez, je ne fais pas plus long je retourne à mes petites grilles et à mes pastels !

Merci de votre passage et de vos réactions !

 

Bracelet manchette ouvert : les bonnes proportions

Trouver les proportions justes pour un bracelet manchette ouvert n’est pas chose facile : trop large, il aura un aspect un peu lourd et maladroit, trop étroit, il ne fera plus d’effet, trop serré autour du poignet, il sera inconfortable, trop lâche autour du poignet, il flottera… autant dire l’équation impossible !

S’agissant de porcelaine Fox, il faut aussi tenir compte de la courbure prise par la pâte en séchant, courbure que j’apprécie car elle rend la surface du bracelet un peu « concave » ce qui est très joli je trouve ! Apparemment, cela ne se produit que si la pâte est quand même relativement épaisse. Donc….. trêve de discours, voici « Kawaï ».

 

J’ai utilisé de la porcelaine Fox teinte avec de l’huile pour avoir une base rose corail, puis passé dessus divers tons de pastels du beige à l’orange brique pour nuancer et faire quelques dégradés.

J’ai ensuite appliqué des silkscreens avec de l’acrylique noire. Après séchage, j’ai ajouté de la cire à dorer. Et comme vous voyez sur la photo ci-dessous prise en plein soleil, ça brille comme de l’or, avec un joli effet « filigrane ».

Pour finir, deux paires de BO et un gros chartreux qui profite du soleil (quand il y en a !) :

 

Merci de votre visite et de vos commentaires !

 

Passe-t-elle? Pastels….

Non désolée, je n’allais pas, en ce weekend d’élections françaises, renoncer à un jeu de mots aussi croustillant.

Il exprime au fond bien ce que je ressens : pour contrer la sourde angoisse dans laquelle cette élection me plonge, je me tourne naturellement vers les couleurs, et plus particulièrement vers les derniers pastels tendres que j’ai achetés ce matin. Un peu de tendresse, un peu de joie, voilà on se sent tout de suite mieux…

J’ai donc essayé mon orange intense et mon bleu mauve tout doux – ils se marient bien non ?

Pendentif et futures BO, pastels sur porcelaine froide

J’ai aussi fait des essais avec une technique d’application de pastel inspirée d’un « free tutorial » de Debbie Crothers. A elle revient l’idée d’ôter les excès de pastel avec du scotch de déménageur ! A moi par contre l’idée de faire exprès de faire des empreintes un peu décalées avec ma plaque de texture, puis de passer à la MAP deux crans plus fins, pour créer cet effet « double trait » qui donne de la profondeur. Ces pendentifs doivent encore être vernis et montés bien sûr !

 

Et puis, j’ai terminé mon bracelet large (une vraie manchette : 5 cm de large !) « Cannelle » avec silk screen et trous-trous ! C’était un peu un bracelet test mais il est tout-à-fait portable. En tous cas, la porcelaine froide supporte bien le fait de percer des petits trous serrés, on dirait. Je colore l’intérieur des trous avec un cure-dent enduit de pastel, c’est plus joli que de la laisser blanche.

Voilà, est-ce que cette série vous a plu ?